La flore

Le Pérou dispose d’une extraordinaire variété d’écosystèmes et compte parmi les pays les plus riches de la planète pour sa biodiversité. On estime que le pays abrite environ 25 000 espèces (10 % du total mondial), dont 30 % sont endémiques. La famille de plantes la plus représentée est celle des orchidées, riche de quelque 3 000 espèces.

988821_10202110717505539_1944342954_n

La Côte

Aride et sablonneuse, la côte est recouverte d’une végétation désertique et notamment de belles variétés de cactus candélabres. Près des fleuves, la végétation est plus dense et variée et, l’image des palmiers, s’adapte dans le désert pour résister à la sécheresse. On raconte que certaines plantes, captant l’eau du brouillard ambiant, fleurissent uniquement durant la nuit et disparaissent à l’aube.

Les Andes

1978643_10202020044278765_1402448513_n

La végétation des Andes est adaptée elle aussi à la rudesse du climat. La flore est relativement éparse, les arbres et les plantes (cactus et eucalyptus) se contentent d’une alimentation très réduite en eau. En haute et moyenne altitude poussent des plantes herbacées, compactes et résistantes – souvent à ras du sol pour éviter le vent-, des cactus, du coton mousseux dont l’aspect angélique fait oublier les redoutables épines.
Entre 2 400 et 3 500 m d’altitude, sous l’action du froid et du vent, les arbres se ratatinent, se tordent et se couvrent de lichens. C’est la forêt naine, le domaine des buissons épineux de Tola et des Polylepsis, arbustes appartenant à la famille des pommiers et des fraisiers.
Entre 3 500 et 4 500 m, la végétation se raréfie. C’est la puna, steppe d’altitude, émaillée de touffes d’Ichu, une herbe jaune et drue, de Puyas apparentées à l’ananas, dont les tiges peuvent atteindre 9 m de haut et qui s’ornent de milliers de petites fleurs blanches. Les Andins y cultivent la pomme de terre, le blé et l’orge. Au bord du lac Titicaca, les Aymara récoltent les Totoras, sortes de roseaux avec lesquels ils construisent villages flottants et embarcations.

L’Amazonie

Dans le bassin amazonien, la flore devient luxuriante. On y rencontre par exemple l’Hévéa dont la sève fournit le caoutchouc. L’ébène ou le palissandre rivalisent de hauteur tandis que d’autres arbres, palmiers et figuiers, étirent leurs racines tentaculaires au raz des marécages. Sur les flancs orientaux des Andes poussent l’acajou, le cèdre ou l’orchidée dont le fruit donne naissance à la vanille.
Entre 1 200 et 2 400 m, la jungle se transforme en une étonnante forêt de brouillard où les arbres retiennent les nuages sauvegardant ainsi la moiteur nécessaire à la survie des végétaux. Les racines prennent alors d’étranges formes entrelacées et, sous leurs bois moussus, se nichent fougères et orchidées. C’est le royaume des palmiers et bambous et autres fleurs comme les orchidées, broméliacées, bégonias, impatients, fuchsias et passiflores.